Lettre de Roquefixade


Lettre n°21, lunaison du 16 août 2008





La lettre de Roquefixade
16 août 2008


Chers amis,

Aimer ! La polysémie du verbe est source de grande confusion. On peut éprouver de l’affection, de l’amitié, de la tendresse, de la sympathie pour une personne. On dira qu’on l’aime. On peut aussi ressentir de l’amour, de la passion. On jugera de même. On peut difficilement être amoureux d’un animal, mais si l’on éprouve quelque affection, on dira aussi qu’on l’aime. Le verbe a une forme pronominale réfléchie : on peut dire que l’on se trouve bien, que l’on est attaché à soi-même, bref que l’on s’aime. Il a également une forme réciproque : deux personnes peuvent être liées par l’affection ou l’amour. Faire l’amour signifie généralement s’aimer la nuit. Mais ce n’est pas tout. On peut aussi aimer quelque chose : la musique, la lecture, l’érotisme, le soleil ou la cuisine ; on peut aimer un endroit, une situation, une activité lucrative, politique, sportive, ludique ou bucolique. Le terme n’est pas limité à une valeur morale : on peut aimer le mal tout autant que le bien.

Le problème consiste à découvrir le lien qui réunit sous un même vocable des sentiments si différents. A l’évidence, aimer l’agneau qui gambade dans le pré n’a pas le même sens qu’aimer l’agneau rôti. Aimer Bach ou la chasse à la palombe n’appelle pas les mêmes sensations ; de même, aimer les danses lascives ou les combats de boxe. Entre l’amour de son chien et celui de ses enfants, il n’y a pas qu’une question de degré. On n’aime pas une personne comme une choses, pas plus que l’on n’aime une activité comme un plat cuisiné. Mais tout ce que l’on aime provient d’une représentation sensuelle qui procure un sentiment de plaisir. La contradiction des divers penchants humains semble levée puisque les appétits comme les agréments varient selon les états d’âme et que l’on peut aimer des personnes ou des choses en apparence contraires. Aimer est toujours une réponse des sens liée au bonheur de vivre.

Nous pourrions en rester là et juger la question résolue s’il n’y avait l’amour de Dieu. Comment mêler l’idée de Dieu à toutes ces contradictions dont nous avons cru nous défaire en disant qu’aimer est un plaisir. Car, si nous concevons que l’idée de Dieu procure une joie, nous ne pouvons trouver en un amour aussi sublime un plaisir commun qui s’exprimerait de même par le verbe aimer. L’amour de Dieu est généralement lié au sentiment que procure une atmosphère paisible, une écoute musicale, une contemplation de l’Eden, un partage du pain. Un tel sentiment requiert une sensualité à basse fréquence. En sorte qu’aimer Dieu consiste à choisir ses plaisirs. Le problème n’est qu’à moitié résolu. Dire que Dieu est présent en certains agréments, absent des autres, revient à le localiser ici ou là. Or, aimer Dieu, c’est aimer la vie (dont il est le principe) dans sa totalité. Pour cette seule raison un seul verbe dit le tout. A l’inverse, si je réprouve la vie, je ne peux aimer Dieu.

Le cathare a conscience de l’essence impitoyable de la vie et de son imbrication avec la mort. Il sait que le bonheur n’est qu’un moment volé, que le plaisir est la contrepartie nécessaire à la souffrance (sans lui la volonté de vivre disparaîtrait). Il est lucide et ne réduit le plaisir que pour diminuer son contraire. Il ne craint pas le dieu de la vie et n’est point son esclave. Il le respecte mais soutient son regard. Il le fréquente sans l’aimer. Le cathare cherche à éveiller sa propre conscience. L’attache qu’il tente de fixer dans le domaine de l’Esprit pur est de l’ordre de la relation contemplative ou fusionnelle, non du sentiment. Son dieu n’a point de part au chaos de l’univers, ni à l’amour ni à la haine, ni à la vie ni à la mort. Le dieu inconnu, dont il pressent ou devine l’absence, est un dieu purement intelligible, différent du dieu commun qui vulgarise le verbe aimer et appelle des émotions contradictoires. La relation à l’humanité prend alors la forme d’une rencontre des consciences dont la qualité ignore la confusion. Le pur amour que le cathare propose est affranchi du jugement. Il est si peu incarné que l’on peut dire qu’il n’est lié qu’à l’Esprit.


Vous êtes invités à parcourir les nouveaux développements du site chemins-cathares.eu depuis la dernière pleine lune. La rubrique Conférences et débats a été augmentée du mot à mot de la Controverse de Castres. Vous pouvez également prendre connaissance de divers échanges de courriels dans la rubrique La chaîne cathare.



Avec mes pensées et mon amitié,
Yves Maris.


cathares, philosphie cathare, catharisme

Yves Maris, philosophe cathare
Yves MARIS
8 mai 1950 - 29 juillet 2009
Biographie


RESURGENCE CATHARE


Le Manifeste
Ouvrage présenté et recommandé
aux auditeurs de France Culture
par Michel Cazenave, producteur de
l'émission «Les Vivants et les Dieux»

Ouvrage sélectionné par la bibliothèque
de l'Université de Navarre (Espagne)
LE MANIFESTE CATHARE - Publications de Yves Maris



THESE DE DOCTORAT


En quête de Paul
L’affrontement de deux conceptions opposées
du monde au moment de l’émergence de
l’idée chrétienne fondatrice de la culture
et de la pensée occidentale, tel est l’objet
de cette quête

En Quête de Paul - Thèse de doctorat de Yves Maris





Cathares, catharisme, philosophie cathare