Notes de lectures


Acte V


Actes V

Guérison des fils d’Antipatros

Les Smyrniotes s’impatientent et mandent la présence de Jean. Celui-ci est accueilli par « toute la ville ». S’avance le notable Antipatros qui exhorte le prédicateur faiseur de miracle à guérir ses fils jumeaux, maintenant âgés de trente-quatre ans et frappés depuis leur naissance par un démon. La maladie décrite ressemble à l’épilepsie. Le père ajoute : « Enfants, ils souffraient modérément, mais, maintenant qu’ils sont devenus virils, ils se sont attirés des démons virils eux aussi. » (56) A cours de remède, il est prêt à faire mourir ses fils. Il offre « cent mille pièces d’or » pour leur guérison ; Jean répond : « Mon médecin ne reçoit pas d’argent pour salaire, mais il guérit gratuitement et, en échange des maladies, il recueille les âmes de ceux qui ont été guéris. » (Ibid.) En échange de la guérison de ses enfants, Antipatros doit être prêt à donner sa propre âme à Dieu. Voici l’invocation de Jean : « Toi qui consoles toujours les humbles et qui es appelé à l’aide, toi qui n’a jamais attendu d’être appelé à l’aide, car tu es présent avant que nous commencions à invoquer ton aide, fait que les esprits impurs soient expulsés des fils d’Antipatros ! » (57) Jean guérit les enfants hors de leur présence. Il enjoint le père de donner l’argent aux pauvres.

« De Laodicée à Ephèse pour la deuxième fois »

Le sous-titre original qui signale le déplacement de l’apôtre est ici sauvegardé par les manuscrits. Jean prend congé en laissant « beaucoup d’argent » à distribuer aux pauvres. Plusieurs fidèles l’accompagnent, dont les principaux sont : Andronicue et Drusiane, Lycomède et Cléobius, Aristobula, veuve de Tertullus, Aristippe avec Xénophon et « la prostituée devenue chaste » (59).

La fable des punaises

En route pour Ephèse, la petite troupe fait halte dans une auberge. Le seul lit disponible est attribué à Jean tandis que ses disciples couchent par terre. Mais le lit est infecté de punaises, ce qui déclenche l’hilarité générale. Jean commande aux insectes : « Je vous le dis, ô punaises, montrez-vous bienveillantes ; toutes ensemble, abandonnez en cet instant votre demeure, restez tranquilles en un seul lieu et tenez-vous loin des serviteurs de Dieu ! » (60) Au réveil, les premiers levés voient avec étonnement que les punaises sont rassemblées près de la porte de la chambre. Jean leur parle à nouveau : « Puisque vous avez été tout à fait bienveillantes en respectant mon avertissement, regagnez votre place. » (61) Et les insectes en procession de regagner le lit. L’apôtre explicite la morale de la fable : « Ces animaux, quand ils ont entendu la voix d’un homme, sont demeurés tranquilles de leur côté, sans transgresser l’ordre. Mais nous, quand nous entendons la voix de Dieu, nous désobéissons aux commandements et nous cédons au relâchement. Jusqu’à quand ? » (Ibid.)


cathares, philosphie cathare, catharisme

Yves Maris, philosophe cathare
Yves MARIS
8 mai 1950 - 29 juillet 2009
Biographie


RESURGENCE CATHARE


Le Manifeste
Ouvrage présenté et recommandé
aux auditeurs de France Culture
par Michel Cazenave, producteur de
l'émission «Les Vivants et les Dieux»

Ouvrage sélectionné par la bibliothèque
de l'Université de Navarre (Espagne)
LE MANIFESTE CATHARE - Publications de Yves Maris



THESE DE DOCTORAT


En quête de Paul
L’affrontement de deux conceptions opposées
du monde au moment de l’émergence de
l’idée chrétienne fondatrice de la culture
et de la pensée occidentale, tel est l’objet
de cette quête

En Quête de Paul - Thèse de doctorat de Yves Maris





Cathares, catharisme, philosophie cathare